Surfcasting Méditerranée

24/05/17 - Quand insister ne sert à rien

Les paillotes commencent à ouvrir et il n'est plus possible de se garer sur mon poste préféré. Nous sommes obligés de nous replier au petit travers, sans grande conviction me concernant.

Les conditions climatiques de la soirée sont assez étonnantes. Il fait chaud, il n'y a pas de vent ni d'humidité. C'est un changement radical par rapport aux semaines précédentes mais rien ne dit que le poisson sera au rendez-vous.

Voir le résultat de la session

J'arrive sur la plage à 20h30. Guillaume et Johann sont déjà en train de s'installer. Je pars en faire de même de mon coté. Je monte mes 3 cannes avec toujours la même stratégie :

2 cannes au ver de sable, montages double empile dont un avec micro perles flottantes. 1 canne au gros appâts (couteau pour ce soir et un demi ver américain XXL).

21h : Au moment où j'enfile mes appâts, j'entends Guillaume m'interpeler. Il vient de prendre une belle dorade de 38cm (soit environ 750g) au couteau. 10 min plus tard mes lignes sont en place.

24/05/17 - Quand insister ne sert à rien

Le banc de sable est plus loin et donc plus difficile à atteindre que mon poste habituel. Je suis un peu fatigué ce soir et je ne parviens pas bien à lancer. Mes plombs tombent péniblement à 100-110m et il me manque une bonne quinzaine de mètres pour bien passer derrière le banc de sable. Ma canne aux gros appâts tombe sur le banc de sable, je le sens immédiatement au premier tour de manivelle : le plomb "gratte" le sable.

21h40 : Envol d'écureuil sur la canne au couteau. Rien au bout, le couteau juste mâchouillé me laisse penser que c'est une petite dorade.

21h50 : Deuxième montée d'écureuil au couteau mais la touche est sans suite.

22h30 : Je prends une petite dorade de 22/23cm au VDS et la relâche aussi tôt.

22h40 : Touche au couteau. Au ferrage le poisson est au bout et part complètement sur la droite. Guillaume est en train de batailler avec ses lignes emmêlées par un poisson. J'ai l'impression que ma ligne est aussi de la partie car à chaque tirée de Guillaume, je sens une pression sur ma canne. Je commence à m'avancer vers Guillaume quand soudainement mon fil casse en plein milieu de la bobine.

23h55 : Je remonte une dorade de 23.5cm au ver de sable. Elle n'a pas fait de touche et est pendue au bout de la ligne. Le poisson est piqué dans le palais et j'ai un peu de mal à la décrocher. Les dorades ont une gueule terriblement dure, mon hameçon en ressort complètement déformé. Le poisson ne semble pas vouloir repartir alors qu'il ne saigne pas. Je la mets dans le seau en espérant qu'elle récupère des forces.

0h25 : Petite touche au couteau, mais elle est sans suite.

0h45 : Touche au ver de sable. Au ferrage le poisson se bat un peu mais je ne suis pas certain pour autant que ce soit très gros. Manque de chance, on s'emmêle avec Guillaume et je casse. Chose incroyable, ma ligne de gauche est prise avec la ligne de gauche de Guillaume (qui est installé à ma droite) et aucune de mes deux autres cannes n'a été prise. Plus fort encore, son arraché est capturé par mon agrafe plomb spinlink.

1h40 : Je remonte un médaillon d'environ 19cm pris au ver de sable sans touche. Remise à l'eau mais elle ne repart pas très bien alors qu'elle était piquée au bord de la gueule. Comme les touches sont peu visibles, je décide de retirer les écureuils et de ne pêcher qu'avec les abboccatore (plus sensibles).

2h00 : Je prends une dorade de 24cm au ver de sable. Après quelques minutes dans le seau, je la remets à l'eau. L'autre dorade vit toujours mais elle va de plus en plus mal.

Dans la foulée je constate une touche au couteau mais elle sera sans suite.

24/05/17 - Quand insister ne sert à rien

 

2h20 : La canne au couteau marque une touche, mais encore une fois elle sera sans suite.

2h45 : Belle touche à l'abboccatore sur la canne au couteau et je remonte une dorade de 25cm sur un montage Pulley-rig. Là encore je suis emmêlé avec Guillaume mais il n'y a pas de gros dégât. Je relâche le poisson.

A notre gauche, un pêcheur est installé pour la nuit. Il passe nous rendre visite. De son coté la soirée a été plutôt bonne avec une dorade de 40cm pour 1kg et 5 ou 6 autres de 25cm.

3h : Touche au ver de sable, mais rien au bout lorsque je ferre. Guillaume commence à ranger son matériel et prend le chemin du retour. Il repart avec une pêche honorable dont une dorade de 38cm et un beau marbré d'environ 35cm.

3h35 : Touche au couteau sur montage Pulley-rig. Le poisson se décroche lors du combat.

4h : Je remonte un congre, sans touche, pris au ver de sable. Je le relâche immédiatement.

24/05/17 - Quand insister ne sert à rien

5h : Jolie touche retour vue à l'abboccatore alors que je discutais avec notre voisin de gauche. Je remonte un marbré de 25cm pris au ver de sable.

24/05/17 - Quand insister ne sert à rien

Ce marbré a été le dernier poisson de ma session. Johann a profité du lever du jour pour faire des mulets en bordure et de mon coté j'en ai profité pour prendre quelques photos avant de plier le matériel à 7h.

24/05/17 - Quand insister ne sert à rien

Résultat final

Soirée très difficile de mon coté avec plusieurs prises perdues, des touches timides sans suite et des poissons de taille modeste.

7 poissons capturés mais 1 seul conservé (par la force des choses).

  • 5 Dorades
    • 1 conservée : 23.5cm
    • 4 relâchées : 19, 23, 24 et 25cm
  • 1 Marbré
    • 1 relâché : 23.5cm
  • 1 Congre
    • 1 relâché : environ 60cm

Commenter cet article